implant dentaire

Tout connaitre sur l’implant dentaire

On appelle implantologie, l’ensemble des techniques modernes dédiées à la pose de l’implant dentaire. Elle connait une pleine expansion actuellement parce qu’elle permet en même temps de garder l’esthétique des dents et d’éviter les problèmes de mastication et d’élocution.
L’implant dentaire est une solution pour reconstituer une dent manquante. La pose d’implant dentaire est recommandée à une personne qui souhaite recourir à des prothèses dentaires pour remplacer les dents manquantes.

Elle doit impérativement se faire chez un chirurgien-dentiste. Avant de décider de mettre un implant, il convient de connaître toutes les informations essentielles sur l’utilité de cette technique récente. Retrouvez dans notre article tout ce qu’il faut savoir sur l’implant dentaire.

Implant dentaire : définition

L’implant dentaire se présente sous forme de racine artificielle pour une dent. Elle se trouve à l’intérieur de l’os alvéolaire, une partie non-visible de la dent. Il s’apparente sous forme de vis ou de tige en métal fixé dans l’os. Son rôle principal est donc de remplacer la racine naturelle d’une dent endommagée ou arrachée afin d’accueillir les prothèses dentaires fixes appelées aussi couronnes. Il servira alors de support et non de remplacer les dents proprement dites.

L’objectif étant d’intégrer parfaitement l’implant à votre mâchoire, mais il faut attendre la cicatrisation.

Après une extraction d’une dent, laisser un trou à la place entraîne au fur et à mesure une résorption progressive de l’os maxillaire. Ce phénomène peut endommager les autres dents si la dent extraite n’est pas remplacée dans les meilleurs délais. Ainsi, la pose d’un implant s’avère non seulement indispensable pour la prothèse, mais elle ne risque pas d’abîmer les autres dents et constitue un remède à une perte osseuse importante.

En général, les implants dentaires sont fabriqués à base de céramique et de titane. Ils peuvent renfermer d’autres substances biochimiques. Ces matériaux sont compatibles avec le corps humain et ne présentent pas de risque de rejet. Désormais, des implants dentaires fabriqués à partir de zircone de couleur blanche sont disponibles. Ils sont aussi fabriqués sur-mesure, donc s’adaptent facilement aux autres dents de la dentition.

Les implants dentaires durent jusqu’à dix ans et avec un taux de succès de 90 % en France. S’investir dans un traitement par implant dentaire offre donc des avantages non-négligeables pour votre santé bucco-dentaire.

Vu les avantages du traitement par implant dentaire, la pose d’un implant dentaire est très coûteuse. En moyenne, il faut prévoir un budget entre 800 à 2500 euros. Ce prix varie d’un cabinet à un autre. Le prix change en fonction de quelques critères à savoir : le prix du matériau de fabrication, les frais liés au cabinet, et autres. Avant de se lancer, vous pouvez toujours demander un devis de la part de votre cabinet dentaire. Une prise en charge partielle ou totale est possible selon les couvertures prévues par votre assurance dentaire.

Les différents types de d’implants

On distingue plusieurs types d’implants selon leur forme : cylindre, cône, lame ou disque. Le choix dépend des besoins dentaires du patient. Si on se réfère aux matériaux de fabrication, il existe deux types d’implants : les uns en métal servant à fixer une ou plusieurs dents, fixés dans l’os appelés aussi implants endo-osseux et d’autres en subperiosteal installés au-dessus de l’os. On parle d’implant sous périosté : il est recommandé généralement pour la mâchoire inférieure. Ce type d’implant est adapté à un patient qui possède un os trop court ou une mâchoire fine. Contactez le cabinet du Dr Diss à Nice pour plus d’informations sur l’implantologie.

Les phases de l’opération

La pose d’un implant dentaire est une intervention chirurgicale. La réussite de l’installation d’un implant dentaire dépend de plusieurs facteurs. Confier l’intervention chirurgicale à un pro est recommandé. Voici quatre étapes principales de l’opération

La phase pré-implantaire

Parfois, avant la pose, il faut procéder à une greffe osseuse. En effet, la pose de l’implant nécessite un volume osseux dense capable de coloniser l’implant. La greffe osseuse permet ainsi de favoriser une augmentation du volume osseux avant la pose de d’implant. Cependant, elle peut se faire simultanément avec l’installation de l’implant.

Le chirurgien-dentiste décide si une greffe osseuse est indispensable. À l’occasion d’une consultation initiale, il effectue une radiographie pour examiner la densité du sinus maxillaire pour savoir si une greffe osseuse est indispensable. Il existe différents types de greffes osseuses pour reconstituer la masse osseuse manquante. Dans certains cas, il faut attendre la régénération de l’os pour pouvoir procéder à l’installation de l’implant.

La phase chirurgicale

En principe, l’opération se fait sous anesthésie locale. La première phase correspond à une incision de la gencive en se référant à l’os de la mâchoire. Pour mettre l’implant, il va procéder à un forage selon la taille de l’implant.

Pour se faire, le praticien dispose de deux méthodes :
– La méthode suédoise appelée aussi méthode enfouie qui s’effectue en deux étapes : après l’installation de l’implant, il met une autre vis de cicatrisation et ensuite remettre le lambeau et puis le suturer, qui rend plus rapide la cicatrisation.
– La méthode suisse, quant à elle, consiste à faire en un temps la mise en place d’une vis de cicatrisation. Ainsi, la vis n’est pas recouverte.

La phase d ostéo-intégration

Après l’installation de l’implant, il faut compter 2 à 6 mois pour la cicatrisation osseuse. Durant ce délai, l’os se reconstitue progressivement sur la surface de l’implant. Ce délai permet aussi à l’os de se fixer fortement à l’implant.

La phase prothétique

Elle consiste à insérer une tige dans l’implant dentaire pour accueillir la prothèse. Durant cette étape, le chirurgien doit refaire une incision s’il a utilisé la méthode suédoise. Tandis que pour la technique suisse, la vis est toujours visible. La tige servira de support à la fausse dent.

Cependant, d’autres méthodes sont maintenant disponibles pour procéder à l’installation d’un implant dentaire. Certaines techniques ne requièrent pas l’ouverture de la gencive. Elle se limite à faire une ouverture en forme circulaire proportionnelle à la taille de l’implant. La technique appelée en temps chirurgical n’a pas besoin du temps de mise en nourrice qui est souvent assez long.

Il faut souligner que la pose d’une prothèse pour une incisive est souvent difficile et demande plus de travail. D’autres facteurs peuvent aussi provoquer l’échec de l’implant. Il en est ainsi du tabagisme, insuffisance rénale et d’autres maladies qui rendent impossible la pose de l’implant. L’opération a besoin d’une bonne hygiène buccale.

Après la pose, il faut aussi prendre des mesures d’entretien pour assurer la longévité de l’implant. Il faudra consulter régulièrement votre dentiste pour vérifier l’évolution du traitement, au moins une fois par an. Il convient également de faire attention aux aliments consommés juste après la pose. Optez pour des aliments liquides et bannir les aliments trop durs durant les deux premières semaines.